Tribune: pour sauver les lettres classiques, restaurons leur enseignement obligatoire en collège et en lycée! 

Communiqué du Forum Ecole & Nation

Dans un article récent* nous nous alarmions de la disparition programmée des langues anciennes à l’Ecole. Alors que le latin et plus encore le grec sont menacés à très court terme, le temps n’est plus aux demi-mesures. Seul un plan massif en faveur des lettres classiques permettra leur sauvetage dans un contexte clairement catastrophique (crise des vocations pour les professeurs, baisse vertigineuse du nombre d’élèves et du niveau, idéologie « woke » qui pousse à la destruction de toutes nos racines). 

La seule mesure susceptible de sauver cette filière est le rétablissement de l’enseignement OBLIGATOIRE des langues anciennes en collège et en lycée. Cette mesure doit être mise en place sans tarder car le point de non-retour est proche. Rappelons que l’offensive contre les lettres classiques a commencé, et ce n’est pas un hasard, au lendemain de mai 1968. Jusqu’à cette date le latin était obligatoire dès la 6e dans la section classique (qui regroupait près de la moitié des élèves). Les ministres successifs de l’Education Nationale portent une responsabilité écrasante dans la disparition programmée de cette filière qu’il convient de reconstruire.

Un sauvetage en deux temps: formation des professeurs puis modification du tronc commun.

Rétablir 2h hebdomadaires de latin (ou de grec selon les établissements) en 4e et en 3e au collège, puis au lycée en filière générale permettrait de reconnaitre ces langues à leur juste valeur. En effet, prises en compte pour l’obtention du DNB** et du baccalauréat général (enseignement du tronc commun), les lettres classiques retrouveraient également leur place à l’université où les futurs candidats aux concours renoueraient avec les langues de Cicéron et de Platon. Mais avant le déploiement de ce nouvel enseignement obligatoire, il faudrait former un nombre conséquent de professeurs (le CAPES de lettres classiques connait une désaffection alarmante depuis de nombreuses années). Les professeurs, notamment ceux de lettres modernes, doivent être financièrement incités à passer la certification « langues et cultures de l’Antiquité » (LCA) afin de pouvoir assurer ces enseignements dans tous les collèges et lycées de France. Ce plan de formation massif est la condition sine qua non pour sauver les lettres classiques. 

Le coût financier de ce sauvetage (heures supplémentaires dans l’emploi du temps des élèves, généralisation de la certification LCA) est justifié car l’enjeu est immense: il s’agit de sauvegarder la part gréco-romaine de notre identité. Plus de 50 ans après mai 1968, l’Etat doit engager une contre-offensive civilisationnelle face aux déconstructeurs de la culture française. L’Education nationale doit être au centre de la sauvegarde de ce patrimoine linguistique inestimable. 

Vers la disparition des langues anciennes à l’Ecole – Ecole & nation : professeurs & parents patriotes (ecole-et-nation.fr)

** Diplôme national du brevet, examen passé en fin de 3e.

Total Page Visits: 1093 - Today Page Visits: 4

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*