Les collectivités doivent s’engager à protéger nos enfants de la propagande woke.

Appel aux élus locaux du Forum Ecole & Nation

L’idéologie woke (portée par des militants d’extrême-gauche prétendument « éclairés ») redouble de vigueur depuis quelques mois en France. A la faveur du succès notable de la NUPES, l’activisme des « déconstructeurs » s’intensifie dans les médias et plus encore à l’université*. Avec la nomination en mai dernier de M. Pap N’Diaye à la tête de l’Education Nationale, les pires dérives sont à craindre. En effet, M. N’Diaye a démontré tout au long de sa carrière d’historien une proximité inquiétante avec les thèses « progressistes » et « antiracistes » portées par la gauche la plus radicale. L’entrisme de l’extrême-gauche dans nos écoles est déjà très puissant : de nombreux syndicats de professeurs, associations de parents d’élèves ou éditeurs politisés véhiculent d’ores et déjà tout ou partie du discours woke. Avec un ministre au passé politique aussi marqué, il ne fait aucun doute que cette offensive idéologique va s’accélérer dans nos écoles, collèges et lycées. 

Face à un tel péril, les élus locaux ont un rôle majeur à jouer en protégeant nos enfants de cette propagande de plus en plus délirante. Forts de leur légitimité issue des urnes, nos conseillers municipaux (pour la maternelle et le primaire), départementaux (pour les collèges) et régionaux (pour les lycées) peuvent agir pour l’intérêt supérieur des élèves dont ils ont la responsabilité. Même si le ministère garde l’essentiel des compétences, les collectivités ont la possibilité de limiter l’endoctrinement de la jeunesse française en faisant valoir le principe de neutralité politique du service public d’éducation

Les leviers pour mener cette contre-offensive salutaire sont nombreux : via les compétences obligatoires relevant du scolaire et du périscolaire, via les subventions, la communication institutionnelle ou les vœux adressés au gouvernement. Même les élus d’opposition peuvent, avec les questions orales ou les amendements faire entendre la voix de la sagesse dans nos assemblées locales, comme l’a fait notre coordinateur national pour la commune de Frontignan**. Outre les mesures concrètes, les interventions massives des élus de proximité auraient une forte portée symbolique : le délire woke ne progressant que par l’inaction des gens de bon sens, la mobilisation d’élus de tous bords montrerait que les dingueries LGBTQI+, la théorie du genre ou les discours « décoloniaux » immigrationnistes n’ont pas leur place dans des établissements d’enseignement. 

Nous invitons donc tous les élus locaux attachés à l’intégrité du service public à utiliser les moyens que procure la démocratie locale pour mettre un coup d’arrêt à la propagande gauchiste insidieuse dont l’objectif est de corrompre nos enfants par des méthodes et des discours scandaleux. 

* voir notre brochure : Notre brochure thématique contre le gauchisme intersectionnel – Ecole & nation : professeurs & parents patriotes (ecole-et-nation.fr)

** voir l’intervention de Gilles Ardinat à l’occasion du vote du « projet éducatif de territoire » (PEDT) à Frontignan (6 minutes) : 🎥[Education] Présentation de notre amendement pour une politique éducative sans endoctrinement des enfants[6 min]. 👉🏻4 éléments pour améliorer les… | By Gilles | Facebook

Total Page Visits: 1128 - Today Page Visits: 4

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*