Baccalauréat 2023: le prévisible saccage de la scolarité des lycéens.

Communiqué commun du Forum Ecole & Nation et de La Cocarde lycée.

Mercredi 12 avril, les notes des enseignements de spécialités (EDS) des baccalauréats général et technologiques ont été publiées. C’est la première année que le calendrier ubuesque du « bac Blanquer », inutilement perturbé lors de la crise covid, est réellement appliqué. En organisant les épreuves d’EDS les 20, 21 et 22 mars en dépit du bon sens et des protestations des professeurs, le ministère porte l’entière responsabilité du fiasco de cette quinzaine totalement polluée par l’organisation de l’examen.

Ces épreuves du mois de mars ont très gravement perturbé le fonctionnement des lycées avec des millions d’heures de cours perdues. En effet, les professeurs, qui devraient faire cours à cette période, ont été convoqués pour des surveillances, des réunions d’harmonisation (obligatoires) et des demi-journées de correction sur écran (jusqu’à 4 demi-journées). Ainsi tous les lycéens, y compris ceux de seconde et de première, ont eu deux semaines gruyères (aggravées par les grèves). Cette quinzaine gâchée inutilement est un véritable scandale pédagogique.

Le troisième trimestre des terminales est lui aussi saboté par le calendrier: les EDS n’ont plus aucun sens (car l’épreuve finale est passée) et surtout les élèves connaissent d’ores et déjà leur note approximative à l’examen puisqu’ils disposent à ce jour de 5 des 6 bulletins de notes pris en compte pour le contrôle continu ainsi que de leurs notes de français (épreuves anticipées en fin de première) et de leurs notes d’EDS (à forts coefficients). Sans surprise, l’absentéisme et le dilettantisme montent en flèche alors que la terminale devrait être une année de travail acharné. 

En s’entêtant à maintenir les épreuves d’EDS en mars, Pap Ndiaye a sciemment saccagé la scolarité de plus de 1,5 million de lycéens des filières générale et technologiques. Pour mettre un terme à ce gâchis nous réitérons trois demandes concernant le baccalauréat: 

1-programmer les épreuves d’EDS fin juin (après celle de philosophie), 

2-supprimer le contrôle continu (toutes les matières doivent bénéficier d’un examen terminal et national en juin)

3-restaurer le caractère sélectif de l’examen (en réhaussant le niveau d’exigence dans chaque discipline).

Ces trois mesures d’urgence pour sauver le baccalauréat auraient en outre l’avantage de rien coûter au contribuable.

Total Page Visits: 3809 - Today Page Visits: 1

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*