Communiqué : « rétablissement » du redoublement – attention aux effets d’annonce de M. Blanquer

Communiqué : « rétablissement » du redoublement – attention aux effets d’annonce de M. Blanquer.

Mardi 28 novembre, la presse s’est fait l’écho d’un projet de décret portant sur le redoublement. Rappelons qu’en 2014 les socialistes avaient rendu le redoublement « exceptionnel » en considérant qu’il ne devait intervenir qu’en cas de « période importante de rupture des apprentissages scolaires » ou d’échec au baccalauréat. Cette mesure absurde, dictée par un égalitarisme abstrait et une logique comptable à courte vue, avait aggravé la fuite en avant du système face à l’échec scolaire en faisant passer automatiquement tous les élèves en classe supérieure. Beaucoup d’enseignants s’étaient légitimement alarmés de cette dérive.

Cependant le décret porté par Jean-Michel Blanquer pourrait se transformer en coup de com’ s’il ne va pas jusqu’au bout de sa logique en donnant aux enseignants le plein pouvoir de décision. C’est un point tout à fait essentiel : le redoublement doit relever in fine d’une décision de l’institution sans dépendre des desiderata des familles. Il faudra être vigilant sur ce point qui pourrait vider cette décision de son contenu d’autant que le caractère « exceptionnel » fixé par les socialistes demeure. En outre, l’idée d’un « rétablissement » du redoublement, véhiculé par les médias, est en partie trompeuse puisque celui-ci était toujours possible.

Ecole & Nation considère que le redoublement est un dispositif imparfait mais nécessaire. Même si le redoublement est parfois inutile du point de vue pédagogique (puisque dans beaucoup de cas, l’élève ne progresse pas significativement), il reste indispensable car il permet :

1) à certains élèves de progresser ou de prendre une année supplémentaire pour mûrir leur projet d’orientation (en 3e, seconde et terminale notamment).

2) aux enseignants d’affirmer leur autorité et d’empêcher un élève d’avancer à marche forcée vers l’échec.

3) au système de valoriser la réussite : le passage en classe supérieure n’est pas un « droit » et doit se mériter. Le redoublement a donc une vertu symbolique essentielle.

Ecole & Nation, conscient des limites du redoublement, considère par ailleurs que la lutte contre l’échec scolaire passe par la diversification de l’offre de formation, le développement de l’apprentissage et des filières professionnelles. Cette pluralité permettra à tous les profils d’élèves de trouver leur voie, loin des utopies du collège unique et du baccalauréat pour tous.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*