Communiqué : la colère légitime des Français face aux fermetures de classes dans la ruralité

Communiqué de presse du forum École et Nation, paru sur le site du Front National

Depuis plusieurs semaines, un sentiment d’injustice se développe dans la France rurale, confrontée à des fermetures de classes au moment où les « quartiers sensibles » des zones urbaines bénéficient du dédoublement des classes de CP/CE1. Le gouvernement tente d’enrayer ce mouvement de contestation. Christophe Castaner qualifie même de « fakenews » ou de « bullshit » les critiques, pourtant justifiées. Emmanuel Macron en personne s’est déplacé jeudi 15 mars lors d’une opération de communication dans une école rurale près de Tours.

Une concentration des moyens au profit des « réseaux d’éducation prioritaire » (REP)

S’il est vrai que les fermetures de classes ne sont pas directement liées aux dédoublements dans les REP, la politique appliquée par Jean-Michel Blanquer n’en demeure pas moins injuste : l’enseignement prioritaire cumule des moyens considérables dont ne bénéficient pas les autres établissements. Cette inégalité dans le traitement des écoles s’ajoute à l’inégal investissement de l’Etat entre les zones urbaines, bénéficiaires des milliards de la politique de la ville, et la ruralité, véritable France des oubliés.

Une promesse clientéliste du candidat Macron

Cette accumulation de moyens en faveur des REP n’est que l’application d’une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Celui-ci, sans doute influencé par l’idéologie néfaste de la « discrimination positive », a manifestement sous-estimé l’attachement viscéral des Français à l’équité et à l’égalité républicaine notamment entre les territoires.

Si la question des effectifs en CP/CE1 est parfaitement légitime, elle ne doit pas servir de prétexte à une nouvelle polarisation des moyens au profit de quartiers déjà largement aidés par les pouvoirs publics. Jean-Michel Blanquer doit donc réviser sa copie et envisager une baisse généralisée du nombre d’élèves par classe et non une politique du deux poids, deux mesures que les Français n’acceptent plus.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*