Au bout d’un an, le bilan déjà catastrophique de Pap Ndiaye

Communiqué de Forum Ecole & Nation.

Il y a exactement 1 an, Emmanuel Macron créait la surprise en nommant l’historien d’extrême-gauche Pap Ndiaye à la tête du pléthorique ministère de l’Education Nationale (1,1 million de fonctionnaires). D’abord très discret(1), le successeur de Jean-Michel Blanquer est passé à l’action à l’automne 2022 et ses décisions vont toutes dans le même sens, c’est-à-dire la démolition de notre service public d’Education. En seulement une année, M. Ndiaye a considérablement accéléré la décadence de l’institution scolaire, notamment sur 5 sujets emblématiques:

1-Face au Djihad vestimentaire, un ministre incapable de défendre la laïcité.

Depuis septembre 2022, des centaines de jeunes filles des collèges et des lycées sont instrumentalisées par les islamistes et envoyées dans les établissements scolaires avec des tenues communautaires de type abaya. Cette offensive massive et coordonnée sur les réseaux sociaux met en grande difficulté les professeurs et nécessiterait une réponse ferme du ministre. Celui-ci s’est totalement défaussé sur les chefs d’établissements en indiquant que principaux et proviseurs doivent décider seuls et « au cas par cas » de la réaction à avoir face à ces provocations vestimentaires. Tel Lionel Jospin qui avait abandonné en 1989 les professeurs lorsque proliféraient les tchadors, M. Ndiaye a démontré à cette occasion son irresponsabilité et sa lâcheté. 

2-Un calendrier qui a saccagé la scolarité des lycéens.

Comme nous l’avons dénoncé(2), M. Ndiaye s’est entêté à maintenir le calendrier aberrant hérité de son prédécesseur Jean-Michel Blanquer. Les épreuves de spécialité (à très fort coefficient) des baccalauréats général et technologiques ont donc eu lieu entre les 20 et 22 mars, perturbant gravement le fonctionnement des lycées et donnant le sentiment aux élèves de terminale que le 3e trimestre n’a plus aucun enjeu. Malgré les alertes, notamment des professeurs de spécialités, le ministre a maintenu un calendrier ubuesque qui a fait perdre des millions d’heures de cours à nos lycéens: un monumental gâchis! 

3-Des promesses non-tenues sur les rémunérations.

Malgré des effets d’annonces tonitruants au printemps, les augmentations des rémunérations des professeurs restent bien en dessous des attentes. Les gains (bien réels sur les primes ISAE/ISOE(3)) ne compensent pas les pertes énormes de pouvoir d’achat, notamment dans un contexte de forte inflation. En outre, une part importante des augmentations annoncées par MM. Macron et Ndiaye est conditionnée à l’acceptation de missions supplémentaires dans le cadre d’un « pacte » conspué à juste titre par les syndicats. En réalité ce pacte équivaut à faire des heures supplémentaires et ne correspond donc pas à une revalorisation du salaire de base des professeurs.

4-Une propagande « progressiste » de tous les instants.

Conformément à son passé d’idéologue woke, M. Ndiaye accentue la propagande gauchiste dans les établissements:  immigrationnisme (sous prétexte de « lutte contre le racisme »), néoféminisme hystérique, transactivisme et idéologie du genre redoublent d’intensité dans nos écoles. Sous couvert de « lutte contre les discriminations » ou « d’éducation à la sexualité », des discours délirants et dangereux sont tenus devant de jeunes élèves comme le dénonce le réseau des parents vigilants(4). La passivité du ministre, voire sa complicité, sont un véritable scandale. Et pendant que des associations militantes agrées déversent leur propagande auprès de nos enfants, le niveau de lecture et d’écriture continue de s’effondrer.

5-Une attaque en règle des établissements privés sous contrat.

Alors que Pap Ndiaye a scolarisé ses propres enfants dans un lycée privé ultra-élitiste, le ministre souhaite dorénavant imposer davantage de « mixité » dans les établissements privés sous contrat d’association avec l’Etat. Ces écoles, collèges et lycées pour la plupart catholiques, permettaient aux parents de mettre leurs enfants à l’abri du Grand Remplacement et de l’ensauvagement devenus hors de contrôle dans de nombreux établissements publics. Le message du ministère est clair: les derniers bastions (payants) de tranquillité scolaire devront s’ouvrir à la sacrosainte « diversité » sociale et surtout ethnique. Les parents d’élèves doivent comprendre qu’ils n’échapperont pas à la tiers-mondisation de l’Ecole.

(1) L’inquiétant silence de monsieur Pap Ndiaye. – Ecole & nation : professeurs & parents patriotes (ecole-et-nation.fr)

(2) Baccalauréat 2023: le prévisible saccage de la scolarité des lycéens. – Ecole & nation : professeurs & parents patriotes (ecole-et-nation.fr)

(3) L’indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves (ISAE) en maternelle/primaire et l’indemnité de suivi et d’orientation des élèves (ISOE) en collège/lycée seront augmentées de 50% à la rentrée 2023.

(4) Protegeons nos enfants (protegeons-nos-enfants.fr)

Total Page Visits: 8285 - Today Page Visits: 4

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*