Vers la disparition des langues anciennes à l’Ecole

Communiqué du Forum Ecole & Nation

A tous les étages, force est de constater que depuis des années les mesures prises dans l’éducation tendent à affaiblir l’enseignement du latin et du grec. Si la situation du latin est inquiétante, celle du grec semble désespérée. C’est ainsi que certains départements, comme la Dordogne, ne disposent plus que d’un seul établissement proposant l’enseignement du grec. La situation est à ce point critique qu’on peut légitimement s’inquiéter pour l’avenir des langues anciennes au sein de nos écoles et de nos universités.

L’affaiblissement au collège

C’est d’abord par la réforme du collège, mise en application en 2016, qu’un premier coup est porté aux enseignements du latin et du grec. Cette réforme diminuait le nombre d’heures de latin par semaine : de 2h à 1h pour les élèves de cinquième, de 3h à 2h pour les élèves de quatrième et de troisième (parfois 1h, selon les moyens de l’établissement).

Au-delà de l’abaissement de la qualité des enseignements des langues anciennes, cette diminution a eu pour conséquence un alourdissement considérable des services des professeurs de Lettres Classiques : là où ils avaient deux classes de français et trois classes de langues anciennes, ils ont désormais trois classes de français et souvent quatre de langues anciennes…

La dilution au lycée

Au lycée, si le nombre d’heures a été maintenu dans l’actuelle réforme, la situation n’est guère meilleure qu’au collège. Les lycées ont parfois recours au regroupement de niveaux et c’est ainsi que se retrouvent mélangés des élèves de seconde, de première et de terminale.

A ces regroupements s’ajoute la refondation des programmes. S’ils maintiennent l’enseignement de la langue pour l’enseignement de spécialité Langues et Cultures de l’Antiquité (LCA), ils le suppriment presque totalement pour l’enseignement facultatif. Si 3% des lycéens suivent ces cours, peu d’entre eux ont la chance d’avoir accès aux textes anciens dans la langue originale, puisque l’essentiel de l’enseignement porte sur la civilisation et la constitution d’un portfolio recensant des œuvres d’art.

La désertion des concours de Lettres Classiques

Depuis 2010, seul un tiers des postes est pourvu. « Mastérisation », salaire insuffisant, dégradation des conditions de travail, baisse du vivier d’étudiants dans cette discipline, nombreuses sont les causes pouvant expliquer les difficultés de recrutement. Plus inquiétant encore, à trois reprises depuis 2015, les jurys de l’agrégation se sont retrouvés dans l’incapacité de pourvoir les postes du prestigieux concours, faute de candidats suffisamment préparés.

Le constat que l’on peut émettre est un affaiblissement considérable des enseignements du grec et du latin. Malgré les bienfaits de ces enseignements, pourtant démontrés de longue date, il semble que les gouvernements successifs soient déterminés à faire disparaître ces enseignements, en en diminuant le poids (et donc la qualité) et en laissant la situation se détériorer : rien n’a été ne serait-ce que tenté pour ramener les étudiants vers les concours d’enseignement. Faute de professeurs, nous nous engageons dans un processus irréversible et nous voyons se profiler l’impossibilité totale de transmettre nos racines et notre patrimoine aux futures générations.

Total Page Visits: 2453 - Today Page Visits: 4

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*